• Home
  • Actu / Blog
  • Ils ont fait l'Histoire : présentation de la collection par les dirigeants de Glénat et Fayard

Catégories

Genres

Ils ont fait l'Histoire : présentation de la collection par les dirigeants de Glénat et Fayard

Posté le 27/02/2014 dans Général


Le 5 mars 2014, les éditions Glénat et les éditions Fayard associent leurs talents pour lancer une toute nouvelle collection de bandes dessinées historiques : ILS ONT FAIT L'HISTOIRE.

Sophie de Closets et Jacques Glénat, PDG respectifs des éditions Fayard et des éditions Glénat, vous en présentent les grandes lignes...

Pouvez-vous nous expliquer le concept de la collection ?

Jacques Glénat : L'idée est de réunir les compétences d'historiens, de scénaristes et de dessinateurs de bandes dessinées reconnus afin de raconter la vie de figures historiques majeures, sans restriction de lieu ni d'époque. Ainsi ont déjà été mises en oeuvre les biographies de Gengis Khan, Jaurès, Churchill, Napoléon, Catherine de Médicis ou Mao, pour n'en citer que quelques-unes. Les deux premiers volumes de la collection seront consacrés à Philippe Le Bel et à Vercingétorix.

Combien comptera-t-elle d'ouvrages ?

J. G. : Une trentaine d'albums sont en chantier, dont huit sortiront en 2014. Si le succès est au rendez-vous comme nous l'espérons, nous ne nous interdisons évidemment pas de poursuivre l'aventure.

Quel est le lien qui unit vos maisons à l'Histoire ?

J. G. : Acteur majeur de la bande dessinée et du manga, Glénat est aussi et surtout une maison reconnue pour son investissement dans les oeuvres à caractère patrimonial, en livres ou en bandes dessinées. En effet, que ce soit hier avec la collection Vécu et des séries comme Les Passagers du vent, Les Sept vies de l'épervier ou aujourd'hui de par son partenariat avec le Centre des monuments nationaux, Glénat a toujours montré un savoir-faire dans la bande dessinée historique, qui fait réellement partie de son ADN.

Sophie de Closets : Fayard est, depuis de nombreuses décennies, l'une des premières maisons d'édition pour les sciences humaines et l'Histoire. Son catalogue, riche de plusieurs milliers de titres, réunit les meilleurs historiens, de Jean Tulard à Pierre Milza, Jean Favier ou encore Alain Corbin. Sa collection de biographies historiques fait notamment référence et continue de s'étoffer chaque année. C'est donc tout naturellement que ces deux maisons se sont associées pour créer une telle collection.

Comment est née l'idée de cette collection ?

S. de C. : Au départ, ce constat : le marché du livre d'histoire présente à la fois un effritement important des ventes des ouvrages de référence et un appétit manifeste d'un public élargi pour des ouvrages de vulgarisation, comme en témoignent, par exemple, les succès de François Reynaert, Stéphane Bern, Franck Ferrand et autres. Cette collection est destinée à répondre de manière exigeante à cette demande : elle vise à allier les meilleurs spécialistes de chaque période, tous reconnus comme tels par leurs pairs, avec des scénaristes et des dessinateurs de qualité, afin de proposer des récits vivants et fondés sur les dernières avancées de la recherche historique.

À qui s'adresse-t-elle ?

J. G. : Les amateurs de bandes dessinées et de livres d'histoire y trouveront leur compte, mais aussi les plus jeunes et les enseignants, toujours en quête de supports nouveaux pour transmettre l'appétit de savoir et qui trouveront là un matériau riche et très accessible.

On imagine mal pouvoir raconter la vie entière d'un homme ou d'une femme sur un album de seulement 46 planches...

S. de C. : La contrainte du format classique de bande dessinée ne permettant pas l'exhaustivité d'un essai, l'accent est mis sur un angle du personnage pour dresser un portrait biographique selon ses caractéristiques ou ses faits d'armes principaux. Chaque album, de 46 planches, sera par ailleurs prolongé d'un dossier pédagogique rédigé par l'historien, mettant en avant la méthode de travail, les sources fondant le récit qui précède, mais aussi le contexte de l'époque et les axes biographiques que la bande dessinée a pu laisser de côté. L'accent pourra également être mis sur la reconstitution iconographique parfois inédite qui émaille les vignettes de l'album et qui permettra de donner à voir des époques révolues comme jamais auparavant.

Pour chaque album, des scénaristes et des dessinateurs de BD sont donc associés à des historiens de Fayard. Comment se répartissent-ils le travail ?

J. G. : Le scénariste et l'historien définissent ensemble l'angle du portrait biographique en travaillant sur les éléments historiques à choisir pour construire une dramaturgie répondant à l'angle choisi. Ensuite, chacun s'applique à être le meilleur dans ce qu'il sait faire. L'historien participe à la réalisation de l'album tout au long de sa conception, en apportant son regard d'expert.

S. de C. : La rencontre d'univers a priori lointains, celui de l'université et celui de la bande dessinée, donne dans ces albums des résultats étonnants car ils se renforcent l'un l'autre. Le dialogue avec le scénariste et le dessinateur conduit l'historien à se poser des questions souvent inédites pour lui, qu'elles aient trait à la culture matérielle de l'époque, aux ressorts psychologiques du personnage ou à la forme de la narration. De leurs côtés, le scénariste et le dessinateur trouvent dans la rigueur, le respect des sources et de la chronologie imposés par l'historien, des contraintes permettant à leurs talents de se déployer d'une manière neuve et féconde.



Poster un commentaire

Vous voulez poster un commentaire ? Inscrivez vous vite au site Glénat ! Vous pourrez également personnaliser votre page d’accueil, choisir vos widgets et participer en exclusivité aux concours Glénat ! Si vous êtes déjà inscrit, veuillez-vous connecter ici !

Derniers commentaires

Archives